LES PRÉMICES DU ROMANTISME


J. SCHOBERT: Sonate en mi bémol Majeur opus 14 n°1 pour piano avec accompagnement de 2 violons et violoncelle

J. HAYDN: Divertimento en ut Majeur

L. BOCCHERINI: Quatuor en fa mineur G. 259 n°6

L. V. BEETHOVEN: Quatuor en mib Majeur pour pianoforte et cordes opus 16


Au programme, quatre compositeurs qui peuvent particulièrement bien symboliser le passage de l’ére baroque au romantisme. Le premier, par le modernisme de son écriture, de qui ses contemporains avaient dit qu’il transposait la symphonie au clavier. Le nouveau pianoforte n’est arrivé à Paris que dans les toutes dernières années de sa vie, mais l’expressivité et la mélancolie de sa musique semblent déjà le réclamer. Haydn, Boccherini sont deux compositeurs qui sont passés avec bonheur à une musique expressive, tous deux influencés par la période Sturm und Drang. Les toutes dernières oeuvres de Haydn préfigurent d’ailleurs nettement Schubert. Beethoven, enfin, compositeur qui sera plus tard l’archétype du musicien romantique, dans un magnifique quatuor qui date de l’époque où il était élève du précédent.